BLOG.
Stratégie
PARTAGEZ

Monter un projet d’innovation : Les solutions - Partie 4/5

Par Pierre Guédon Temps de lecture : 08 min

Nous continuons dans le détail des étages de notre pyramide de l’innovation avec, pour ce chapitre, le second niveau des 3 qui la composent, à savoir : les solutions. Ce chapitre fait suite à celui sur les points de douleurs qui sont maintenant identifiés et nous allons de ce pas nous atteler à chercher comment les résoudre et ainsi apporter une solution à notre cible.

 

Les étages de la pyramide de l’innovation dans le détail : Les solutions

C’est l’étape de l’ouverture. Celle où la créativité doit se révéler puisque c’est dans cette partie que nous allons trouver les solutions permettant de régler les points de douleurs sélectionnés précédemment. Puis, toujours dans cette philosophie de contact avec le marché, il faudra bien vérifier auprès des futurs utilisateurs que les solutions envisagées répondent bien aux points de douleurs traités. On retrouve ici cette notion présente à l’étape précédente mais également dans la suivante où le travail théorique est validé auprès de la cible.

La première partie de cette étape étant la génération de solutions, on peut avoir recours ici à de nombreuses méthodes pour la satisfaire. De l’analyse de la concurrence, de l’existant dans des domaines connexes, de recherches dans la littérature scientifique et technique, des brevets en passant par les brainstormings ou les séances de créativités les plus folles, aucune limite dans le choix des outils ne doit être fixée pour avoir de bonnes idées. Avec l’expérience, et fonction de la thématique, certains outils se révèlent être plus adaptés et productifs que d’autres.

Pyramide-Innovation-generation-solutions-Dynergie

Savoir garder de la hauteur sur sa solution

La production de solutions doit rester le plus possible décorrélée des considérations du futur modèle d’affaire envisagé par la suite. Illustrons ce point avec un exemple extrêmement simplifié : imaginons que le point de douleurs sélectionné soit la frustration engendrée chez la cible par le fait de ne pas pouvoir se déplacer d’un endroit à un autre. Imaginons maintenant que la solution qui répondrait bien à cette problématique soit une trottinette. Savoir si je pense faire de cette trottinette un produit que je vends ou un service où je la loue n’est pas à aborder ici car pas l’enjeu du moment. De même, les considérations de conception de la solution ou de faisabilité doivent rester à un niveau macroscopique. L’important, à cette étape, est de trouver des solutions pour lesquelles nous pressentons un potentiel. Savoir s’il faut une vis M8 pour que cela fonctionne n’est vraiment pas le point ici. Dans la majorité des cas, les contraintes de faisabilité technique et nécessitant de la R&D devront être traitées dans un second temps lors du développement du projet. En effet, s’il n’y a pas de potentiel, alors pourquoi dépenser de la ressource dans du travail technique à fort coût. Autant consacrer ses précieuses ressources R&D et de conception à des sujets plus sécurisés.

Faire le tri dans les idées

Ayant généré ces solutions en nombre, comme à l’étape précédente, une sélection s’impose.

Nous voulons ici garder les idées qui répondent le mieux à la problématique visée et qui répondent à des critères stratégiques. Cela peut être certaines exigences internes, le niveau de R&D nécessaire, l’investissement financier demandé, la cohérence métier, le rôle de certains acteurs de l’écosystème et bien d’autres qu’on peut traiter ici par des ordres de grandeurs ou en relatif.

 

La solution est-elle perçue comme une bonne réponse au point de douleurs ?

La dernière partie de cette étape de génération de solution est la vérification terrain. Comme expliqué plus haut, on souhaite ici vérifier auprès des futurs utilisateurs que les solutions envisagées répondent bien aux points de douleurs traités et qu’ils perçoivent les solutions comme une réponse valable pour eux. On parle bien d’utilisateurs à ce stade et non pas de clients. En plus de vérifier l’adéquation entre la solution et le point de douleurs de l’utilisateur, on veut ici également en profiter pour récupérer ses craintes, ses attentes et les points de vigilances qu’il pourrait exprimer sur le futur service/produit. Ce sont ces éléments qui vont permettre de commencer à définir les fonctions contraintes que devra remplir le produit lors de sa conception mais aussi comment sculpter notre idée pour qu’elle réponde au mieux aux souhaits de l’utilisateur. On retrouve ici, encore une fois, des notions propres au Design Thinking.

L’expression de la proposition de valeur

Un des derniers aspects de la partie solution est l’expression de la proposition de valeur. La proposition de valeur représente ce que va gagner votre client s’il adopte votre solution, la valeur que nous lui amenons. Cela correspond à l’intérêt qu’il trouvera dans votre produit ou service. Pour illustrer, imaginons que vous ayez détecté comme point de douleurs brûlant la difficulté à se garer et en particulier le temps perdu à trouver une place. Imaginons encore que la solution retenue pour solutionner cette frustration soit la mise en place d’un parking robotisé. La proposition de valeur ici n’est pas le parking robotisé. Elle doit représenter le gain pour le client à savoir : Ne perdez plus de temps à vous garer et à chercher une place. Cette proposition de valeur porte le message qui va vous permettre de convaincre vos futurs clients. C’est un des éléments essentiels d’un bon pitch.

La chaîne de valeur

Dans le cas où l’écosystème nécessaire à la réussite de votre solution n’est pas uniquement composé du client et de vous mais de plusieurs acteurs, on se trouve dans le cas d’une chaîne de valeur. Dans cette configuration, il est important que la solution envisagée apporte de la valeur à chacun des acteurs de cette chaîne. Si un maillon ne trouve pas son intérêt dans l’adoption de votre solution, il risque de briser la chaîne de valeur.

Voilà qui conclut ce deuxième étage de la pyramide de l’innovation et nous emmène vers le niveau suivant où il s’agira de trouver comment gagner de l’argent avec la solution envisagée : la conception du business.

PARTAGEZ
Pierre Guédon

Pierre Guédon

Chef de projet innovation

Biographie

Entrepreneur dans l’âme, mon moteur est la création et l’innovation au sens large. Pour l’alimenter et assouvir ma passion pour le montage et la réalisation de projets innovants, je m’efforce d’étancher une soif insatiable de connaissances et un plaisir d’expérimentation sur les thématiques de la création de business, des méthodologies des processus d’innovation ou encore de la maîtrise technique et technologique.

Mon background : Ingénieur conception produits et systèmes mécatroniques. J’ai œuvré dans de nombreux secteurs (pharmaceutique, agroalimentaire, fusion thermo-nucléaire, robotique, industrie du jeux vidéo, conseil en innovation) où j’ai pu mettre mon envie d’entreprendre et ma passion pour les technologies de pointes (Mécatronique, Intelligence artificielle, Vision, Réalité virtuelle, robotique, blockchain, Systèmes complexes) au service de beaux projets, tantôt en position d’entrepreneur ou de pilote, tantôt en position d’expert technique/faiseur.