BLOG.
Croissance externe
PARTAGEZ

La croissance externe pour développer son entreprise

Par Frédéric Chazelle Temps de lecture : 07 min

Le processus d’innovation débute très souvent avec l’identification d’une problématique marché et d’une solution pensée pour la résoudre ; dans cette logique, plus le point de douleur est “chaud” et plus la solution envisagée prendra de la valeur. Aussi, en vue de transformer cette démarche en une opportunité d’affaire rentable comme nous l’avons déjà développé dans l’article “L’innovation comme gisement de business !”, l’entreprise peut envisager un développement par voie interne (ou développement organique) et, si elle-même n’est pas en capacité de conduire seule ce processus, elle peut faire sous-traiter tout ou partie, voire créer des partenariats stratégiques pour y parvenir. Mais ce n’est pas la seule voie… Réfléchir de manière externe, envisager l’acquisition d’une société déjà positionnée, en termes de marché, d’offres, d’actifs ou de compétences, est une voie complémentaire à étudier et à ne pas négliger.
Dans ce cas, innover par Croissance Externe est un accélérateur de développement pour l’entreprise.

 

BÉNÉFICES D’UNE OPÉRATION DE CROISSANCE EXTERNE

La croissance externe peut être perçue comme un processus complexe, quelquefois long et parfois aléatoire, surtout quand il s’agit de la première fois. Au sein des Petites et Moyennes Entreprises qui ne plébiscitent pas encore en masse cette option stratégique, faire le choix d’acquérir pour grandir représente néanmoins un vecteur efficace d’accélération dans leur stratégie de croissance.
Contrairement aux idées reçues, ce type de démarche n’est pas réservé aux seules grandes entreprises qui empruntent, quant à elles, régulièrement cette voie de développement. Elle représente un moyen complémentaire des modes organiques de croissance, une voie alternative pour identifier et acquérir de nouvelles compétences, de nouveaux savoir-faire, pour faciliter l’accès à de nouveaux marchés, pour intégrer la maîtrise d’une technologie, ou pour se doter d’un nouvel outil industriel …, bref, elle peut se convertir en une source d’innovations redoutablement prolifique pour l’entreprise qui s’en empare. Elle peut faire gagner du temps, sécuriser le processus d’innovation et permettre à cette dernière de rattraper un retard, de se redéployer ou d’anticiper de nouvelles tendances, une fois identifiées les opportunités de croissances possibles.

Idéalement, ce processus d’acquisition prolonge une phase d’exploration approfondie qui aura permis en amont d’identifier et de sélectionner les axes d’innovations possibles en cohérence avec la stratégie de l’entreprise.

Croissance-externe-et-interne-Dynergie
Réfléchir de manière externe, envisager l’acquisition d’une société déjà positionnée, en terme de marché, d’offres, d’actifs ou de compétences, est une voie complémentaire à étudier et à ne pas négliger. Dans ce cas, il s’agit d’innover par croissance externe

UNE SOURCE DE CROISSANCE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE L’ENTREPRISE

La société peut ainsi trouver, auprès d’une cible, les composantes qui lui manquent pour mener à bien son projet final : maîtriser plus rapidement des contraintes opérationnelles spécifiques, proposer rapidement une approche différenciante sur son marché, s’attacher les compétences internes distinctives et indispensables pour le concrétiser ou encore s’appuyer sur un modèle économique déjà éprouvé. L’un ou plusieurs de ces facteurs, inhérents au processus d’innovation, existent peut-être déjà dans l’écosystème de l’entreprise au moment où celle-ci envisage d’innover. Et pour des raisons d’accès au marché et de coût, l’écosystème peut s’avérer être un gisement d’actifs très pertinents à prendre en compte.

Innover et croître par rapprochement d’entreprises est une aventure humaine et repose sur la construction de synergies positives entre les deux sociétés concernées. Il s’agit d’aller chercher un complément stratégique tout en anticipant l’intégration future afin de donner un sens au nouvel ensemble. Car lorsque le mariage est effectif, au moment où les organisations commencent concrètement à mettre en commun leur identité, leurs moyens, leurs singularités, leurs valeurs, le meilleur et le plus dur commencent…
Pour réussir ce pari, il est donc indispensable de préparer en amont la démarche. Et dans ce domaine comme dans d’autres, le succès de l’approche est rarement le fruit d’une heureuse et unique opportunité ; Il ne peut encore moins être restreint à une démarche exclusivement financière. Il est nécessaire d’aller au-delà.

La croissance externe pour développer son entreprise sous tend avant tout un projet industriel, humain, un projet de développement commun. Car, dans ce type d’approche, ne l’oublions pas, au départ les entreprises ciblées n’étaient pas nécessairement à vendre, et elles ne réfléchiront sérieusement à cette option que si la démarche proposée les amène à penser un nouvel horizon, plus solide et plus prometteur.
Confronter son projet au bon moment avec le marché caché est d’autant plus efficace que les cycles entrepreneuriaux de notre économie se raccourcissent, rendant de plus en plus nombreux les dirigeants attentifs aux sollicitations extérieures.

Rencontrer son marché est l’essence même de toute démarche commerciale. “Innover par Croissance Externe”, quand il s’agit de ne pas réinventer ce qui existe déjà, suit la même règle. Voir ce marché caché comme un réservoir d’innovations potentielles et l’explorer par croissance externe constitue un authentique moyen d’innover et de développer ses sources de création de valeur.
Pour y parvenir, la démarche se doit d’être structurée comme nous le décrivons dans notre article « Comment innover par la croissance externe ? ».

 

 

PARTAGEZ
Ne ratez rien !

Actualités, conseils et outils tous les mois pour vos projets