AccueilactualitésComment réussir son projet d’innovation comme personne !

Comment réussir son projet d’innovation comme personne !

– Pyramide de l’innovation, Épisode 1/7 –

 

Un projet d’innovation se caractérise par l’absence de données historiques sur l’activité, par définition nouvelle. De fait, les techniques de prévision, de planification, de budgétisation ne peuvent s’appliquer. Les business plans construits sans admettre cette différence sont voués à l’échec et expliquent les taux de réussite catastrophiques des startups.

Pour corriger ce problème, nous allons vous présenter une approche simple : la pyramide de l’innovation, qui transforme les suppositions en connaissances validées et conduit à des business plans bâtis sur des fondations solides.

Différence entre un projet d’innovation et un projet classique

Qu’est-ce qui distingue fondamentalement un projet d’innovation d’un projet classique ? Le premier, par définition, vise à réaliser quelque-chose qui n’a jamais été fait avant, quelque-chose pour lequel il n’existe ni historique ni expérience préalable sur lesquels s’appuyer.
Or toutes les activités humaines d’anticipation s’appuient sur l’existence de données historiques. Le financier prévoit son budget à partir des précédents, le trader anticipe à partir des tendances passées, le chef de projet planifie et évalue les charges de travail en fonction de ce qui a fonctionné ou non sur d’autres situations similaires. Quand l’architecte dessine un nouveau bâtiment, même plus grand ou plus haut, il bénéficie des connaissances accumulées depuis les chantiers des premières pyramides.

L’innovateur explore sans carte les territoires inconnus, il navigue sur le grand océan des incertitudes. Les taux de réussite des projets d’innovation sont catastrophiques parce qu’on demande aux créateurs de construire des business plans comme pour des projets classiques, en planifiant et budgettant le futur.  Un plan sur le futur construit sans expérience préalable est faux. Les startups meurent non pas de mal exécuter le plan, mais de parfaitement exécuter le mauvais plan.

Pyramide de l’innovation : Passer de la théorie à la pratique !

Sortir de cette spirale de la planification sans fondement demande l’humilité d’admettre qu’on ne sait pas. Un bon projet d’innovation démarre sur cette idée simple, popularisée récemment par Game of thrones : “We know nothing”. A partir de cette admission, il existe une approche simple et pleine de bon sens pour réussir ses innovations : identifier ce que l’on ne sait pas, vérifier ses hypothèses et créer de l’historique le plus rapidement possible.
Alors comment structurer son projet d’innovation pour le sécuriser ? En s’appuyant comme l’architecte sur les pyramides, mais sur une pyramide bien particulière, celle de l’innovation :

Réussir son projet d'innovation - Pyramide de l'innovationSchéma Pyramide de l’innovation – Dynergie

Durant les prochains articles, nous allons voir, étage par étage, comment s’appuyer sur cette pyramide pour transformer ses suppositions non vérifiées en connaissances validées, pour commencer avec un plan juste.

Les bases à valider pour réussir son projet

En quelques mots, voici les éléments clés à identifier :

  1. Les points de douleurs : A la base de tout projet d’innovation se trouve un problème, un point de douleur dans le monde tel qu’il est aujourd’hui, et que l’innovateur se propose de solutionner. S’il n’y a pas de problème, il n’y a pas de projet. C’est la phase durant laquelle on cherche à bien comprendre le problème, le « Big Ugly Urgent Problem (BUUP) ».
    Comme le disait Einstein, « Si j’avais une heure pour sauver le monde, je passerais 55 minutes à penser au problème, et 5 à penser à la solution ». Bien comprendre un problème demande des qualités de patience et un véritable travail d’ethnologie.

Citation Einstein-problem-solution-innovation

  1. La recherche de solution : Quand le problème est bien cerné, que les solutions alternatives existantes sont bien comprises, il est temps de penser à la solution. Des approches technologiques aux approches pratiques, des super-productions à grand budget à l’innovation JUGAAD, en passant par le design thinking, vous verrez que la recherche de solution n’est pas forcément la phase la plus complexe d’un projet.
  1. L’alignement problème-solution : Plus important que la solution elle-même, sa perception en tant que solution au problème par les gens pour qui ce dernier est véritablement gênant. Sequoia Capital, le meilleur capital risqueur au monde le résume en une phrase : « Focus on rich customers that you will delight with a compelling solution to a burning pain ». Le guide pour vérifier facilement votre alignement problème-solution va arriver 😉
  1. Les hypothèses fondamentales: Vous avez désormais une idée qui pourrait marcher. Il est temps de vérifier les bases. Les hypothèses fondamentales reprennent ces évidences qui n’en sont pas et qui peuvent tuer votre beau projet : Intégration pratique (le mode d’utilisation du produit est compatible avec la réalité), légalité (vous n’irez pas en prison !), acceptation culturelle (attention en ces périodes de chasse aux sorcières), il en existe une liste des  points auxquels il faut faire attention, vous pourrez les découvrir dans l’un des prochains épisodes.
  1. Développer votre marché : Vous savez quoi faire, vous savez que vous pourrez vendre votre solution, il reste encore un point à vérifier avant de vous lancer : votre capacité à attirer les clients, votre moteur de croissance. Parce que la croissance, c’est l’essentiel du métier d’une startup, puisqu’elle ne part de rien.

Pour vous aider à construire un business model  entièrement focalisé sur la croissance, nous vous présenterons le « Fast Growth Canvas », un outil entièrement dédié à s’appuyer sur ses clients pour faire connaître ses services. C’est le secret des plus belles licornes de ces dernières années, c’est ce qui les distingue des autres, et c’est ce qui pourra transformer votre projet en une criante réussite.

Vous êtes fin prêt, avec un business plan fiable

Ca y est, après avoir admis que, par définition, “on ne sait rien” quand on commence un projet d’innovation, vous avez, grâce à la pyramide, validé vos bases. Vous disposez désormais de véritables chiffres pour les quatre valeurs qui font les bons business plans : le prix de vente, le prix de production, le coût d’acquisition client, et la vitesse d’acquisition de ces clients.

Si ces chiffres, qui ne sont plus des suppositions mais des connaissances validées, montrent que votre business sera rentable, il est temps de commencer le projet, et de passer à l’exécution en se plaçant dans les 5% des startups qui réussissent !

 

 

 

Sébastien DeschauxDirecteur Projets Innovations

Serial entrepreneur, ingénieur, scientifique incorrigible, passionné d'innovation, expert Lean Startup, activiste d'un monde meilleur et nouveau papa !

Mon métier est simple : transformer les idées de projets innovants en entreprises rentables à forte croissance. Pour ce faire, pas de meilleure stratégie que de focaliser la proposition de valeur jusqu'à ce que les clients rêvent de pouvoir acheter. Ensuite, c'est 100% action : vendre, convaincre, développer, livrer et avancer. Pour les porteurs de projet, travailler avec moi est fatiguant, éprouvant, épuisant. Mais c'est aussi la garantie d'avancer à la vitesse de l'éclair, et d'éviter de passer plusieurs années de sa vie à vivoter sans avancer sur un projet.

Si vous n'avez pas de chèque à encaisser, vous n'avez pas de raison de créer.