AccueilActualitésLes projets collaboratifs : outil de développement idéal pour une startup ?

Les projets collaboratifs : outil de développement idéal pour une startup ?

90% des startups ne survivent pas et ferment leurs portes moins de 18 mois après leur création. Les 10% restantes réussissent en optimisant leur parcours de financement et en sollicitant les bons dispositifs à chaque étape clé de leur développement. Les projets collaboratifs sont très attractifs en termes de financement et ne sont pas réservés à une élite dans le domaine de l’innovation.
Toute startup peut y participer à condition de choisir le dispositif le plus adapté et d’en connaître les risques. Nous allons vous aider à voir de quelle manière y parvenir.

Avantages des projets collaboratifs

Il existe une multitude de différents guichets de financements collaboratifs aux échelles européenne et nationale (Horizon 2020, InnoEnergy – auparavant nommé KIC InnoEnergy, Eurostars, FUI, ADEME, etc.) mais tous ont la même philosophie : réunir plusieurs organisations, peu importe leur typologie, en un consortium afin de travailler ensemble sur une ou plusieurs thématiques données.
Chaque partenaire apportera sa contribution en fonction de ses compétences propres mais surtout de ses moyens. Les projets collaboratifs ont cette particularité qu’il est demandé aux membres du consortium de respecter le principe d’obligation de moyen sans se soucier de l’obligation de résultat. Si à la fin du projet chaque partenaire a rempli sa part du contrat, il obtiendra sa subvention, à condition que les règles de reporting soient respectées.

Un consortium ne se limite pas à un groupement d’organisations travaillant en silo. L’objectif même des projets collaboratifs est de mettre à disposition de chaque partenaire des compétences et des outils absents en interne pour ainsi créer de véritables synergies. Les plus petites structures, telles les startups, peuvent bénéficier de l’expertise de grands groupes qui auraient été inaccessibles sans participer à un projet de recherche et développement collaboratif et ainsi accéder plus rapidement à des résultats exploitables qu’en étant seul.

Grâce à ces projets collaboratifs, votre entreprise pourra nouer des liens commerciaux forts avec ses partenaires qui pourront s’étendre au-delà même de la vie du projet, sécurisant votre activité avec des collaborateurs de confiance ou par le biais d’end-users ayant pris part au projet.
Cerise sur le gâteau, participer à des projets collaboratifs permet de bénéficier d’un soutien financier sous forme de subventions et/ou avance remboursable pouvant même aller jusqu’à 100% de financement. Il est important de souligner que nous parlons ici de soutien financier obtenu de la part de guichets de financement  publics, et non pas de financement participatif de type crowdfunding.

Pour résumer, les projets de R&D collaboratifs permettent de :

  • Accéder à des compétences et des outils dont on ne dispose pas
  • Bénéficier de l’expertise de vos partenaires
  • Mutualiser vos dépenses de recherche et développement
  • Partager les risques liés aux développements
  • Démarrer la phase de commercialisation (end-users, accords commerciaux avec les partenaires, etc.)

À quel guichet de financement je m’adresse ?

Plusieurs dispositifs sont à votre disposition et la réticence à participer à un projet collaboratif provient généralement de la méconnaissance des programmes disponibles et de leur adéquation avec votre projet. Pour vous y retrouver, Dynergie met à votre disposition une cartographie (non-exhaustive) des financements collaboratifs à destination des startups.

N’hésitez pas à nous contacter pour en savoir plus.

Projets financements collaboratifs startup

Chaque dispositif a ses caractéristiques précises en termes de :

  • maturité technologique,
  • taux de financement,
  • modalités de candidature,
  • consortium.

Comme nous l’avons déjà indiqué dans notre article « 4 bonnes pratiques pour obtenir les bons financements« , il est important de sélectionner le bon guichet de financement en fonction de votre stade de développement tout en étant vigilant au taux de sélection. Un dispositif très attractif au niveau du financement est dans la majorité des cas également extrêmement sélectif. Il vaut souvent mieux se diriger vers un guichet de financement moins risqué quitte à ce qu’il soit légèrement moins attractif financièrement.

J’ai choisi mon dispositif (Horizon 2020, FUI, ADEME), dois-je déposer ma candidature ?

Une fois les différents guichets analysés et les avantages décortiqués, vient le moment de se lancer ou d’attendre.
Au-delà de l’attractivité que peuvent représenter les projets collaboratifs, tous ne sont pas forcément adaptés aux besoins de votre entreprise. A chaque étape de votre développement se trouve un dispositif précis auquel il faut candidater au bon moment avec le bon dossier.

           − Quels sont les points de vigilance avant d’envoyer ma demande de subvention ?

Le temps, c’est de l’argent. Si cette expression est vraie pour tout le monde, elle l’est d’autant plus pour les startups. Constituer un dossier de candidature demande un haut niveau d’implication pour maximiser les chances de sélection. Il est donc important, avant de se lancer, de bien connaître les critères clés de chaque dispositif pour ne pas perdre de temps. Il ne faut pas non plus se perdre dans la recherche de financement et ne pas hésiter à vous faire accompagner sur les activités qui ne sont pas core business.

Vous êtes en train de rogner votre projet pour le faire correspondre aux critères d’un dispositif ? C’est que vous n’avez pas solliciter le bon guichet et vous risquez de voir votre projet vous échapper. Votre objectif est de conserver votre vision initiale et de vous rapprocher des besoins du marché et non pas de modeler votre projet pour le faire entrer dans des cases qui ne vous correspondent pas.

           − Quel montant de financement demander ?

Beaucoup de financements collaboratifs se limitent aux fonds propres de l’entreprise. Si votre entreprise n’a pas encore fait de levée de fonds ou n’a pas les reins suffisamment solides notamment en termes de ressources humaines, il est inutile de se lancer tête baissée. Un projet collaboratif est avant tout un co-investissement avec une obligation de moyen. Le budget que vous allez définir devra être honoré afin de récupérer votre financement. Une fois votre acompte dépensé, il vous faudra faire appel à vos fonds propres. Êtes-vous en mesure d’engager de grosses dépenses dans l’attente du versement de vos versements intermédiaires ou de votre solde ? En cas d’incapacité à faire ces dépenses :

  • Aucun versement supplémentaire ne sera fait en votre faveur
  • Vous risquez de perdre une subvention importante accordée
  • L’obligation de moyen ne sera pas tenue
  • Vous bloquerez vos développements… et ceux de vos partenaires

Cette situation peut être un véritable frein à votre activité et il faut pouvoir l’anticiper en amont et ne pas se laisser griser par l’attractivité du dispositif.

Ainsi, un projet d’innovation collaboratif peut représenter un réel levier de développement positif pour une start-up si celui-ci est présenté au bon moment et s’il s’inscrit dans la stratégie de l’entreprise. Nous présenterons un cas concret d’une startup impliquée dans un projet collaboratif en cours d’exécution.
Pour être informé de la sortie du nouvel article, inscrivez-vous à notre newsletter.

 

Frédérique PELLETIERIngénieur Conseil Financement de l'Innovation

De formation ingénieur INSA Lyon en Génie Energétique et Environnement, je conseille et accompagne des organisations de tout secteur dans leur recherche de financement pour leurs projets d’innovation.

Etant de nature curieuse avec une sensibilité pour les questions environnementales, j’accompagne maintenant les organisations innovantes (entreprises de toute taille, centre technique, laboratoire, association, etc.) dans divers domaines tels que l’énergie, les matériaux, la plasturgie, le biomédical, etc.